lundi 10 août 2015

Jour 5: Welcome to Bali

En France, en semaine, en moyenne on se couche vers 00h30...  Nous on fait l'inverse, on se réveille à cette heure là. Autant dire qu'on a les yeux qui collent. A peine levé, on rejoint le frère d'Hendra, notre chauffeur qui nous attend sur le parking de l'hôtel avec son 4x4 pour nous emmener en haut du mont Ijen.

1h30 plus tard, on arrive au camp à partir duquel nous allons commencer la marche à pied. Un guide nous suivra car les émanations de souffre à l'intérieur du cratère peuvent être dangereuses.
On commence donc à marcher à une cadence assez rapide - on dépasse d'ailleurs pas mal d'autres groupes sur la montée - mais très rapidement la montée devient assez raide. On est en sueur - surtout qu'on s'est bien couvert pour ne pas avoir froid comme à Bromo - et la douleur dans les jambes se fait ressentir. La question est dans toutes les têtes: Comment va t-on faire pour l'ascension du mont Rinjani sur trois jours à la fin du séjour si on est dans cet état au bout d'une heure de grimpe ? On arrive donc en haut assez fatigué et il faut maintenant descendre à l'intérieur du cratère pour voir les "blue fire", des flammes bleues produites par la combustion du souffre. Sur la descente, nous enfilons notre masque servant à nous protéger et on croise des porteurs qui remontent jusqu'à 80 kg de souffre sur leur épaules. 



Arrivé en bas, le spectacle est magnifique, entre deux vagues de souffres - qui au passage sent très fort - nous apercevons les fameuses flammes bleues.



Il est temps de remonter afin de pouvoir admirer le levé de soleil. Nous sommes encore qu'à la moitié qu'on commence à apercevoir la lumière du jour. On accélère le pas pour finir par courir sur les 200 derniers mètres. Arrivé tout en haut au point que le guide nous a conseillé, le soleil vient tout juste de pointé le bout de son nez, c'est grandiose, on se trouve en haut du mont Ijen avec d'un côté le soleil qui se lève et de l'autre côté le volcan Raung qui crache une fumée noir en continue. Il s'agit du volcan à cause duquel l'aéroport de Bali à été fermé début juillet.





Nous restons environs une heure puis nous redescendons jusqu'au 4x4 et nous rentrons à l'hôtel. Le temps de prendre une douche et un petit-déjeuner et nous repartons avec Hendra pour la dernière fois. Il nous emmène au ferry dans lequel nous embarquons pour BALI!!!



Nous retrouvons un autre chauffeur sur Bali qui nous emmène jusqu'à notre prochaine destination: Sanur. La villa que nous avons réservé est au top: piscine privée,  3 chambres, 3 salles de bain, etc. Nous voyons d'ailleurs que 5 des 6 scooters sont déjà là.




Nous finissons l'après-midi en profitant de la piscine et en faisant tourner machine sur machine - les premières depuis le début - tout notre linge étant sale. Le loueur de scooter nous rapporte le dernier et nous explique les bases pour s'en servir. Seul Romain en a déjà fait parmi nous 6.

Brice, un ami de Romain vivant à Sanur, qui nous a aidé pour une grosse partie du road-trip - Un grand merci ! - passe à la villa et nous emmène manger au marché de nuit de Sanur. Premier test des scooters en conditions réelles, et de nuit en plus. Tout se passe bien, et on se fait du poisson grillé dans un "resto" typiquement local.
On fait un saut chez lui boire un coup puis on rentre faire une bonne nuit après ces 24 dernières heures plus que fatigantes.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Pour laisser un commentaire sans compte, sélectionner Anonyme dans la liste.